Les femmes face à l’emprunt immobilier

Successful business meeting with handshake: customer and client.Les femmes sont très actives dans le domaine de l’acquisition de bien immobilier. 53% des femmes possèdent un bien immobilier qui leur appartient exclusivement. Quête d’une vie plus confortable, dynamisme, désir d’indépendance, les femmes n’hésitent pas à souscrire à un prêt immobilier pour financer leur achat. Zoom sur ce phénomène qui prend de plus en plus d’ampleur depuis la facilitation de l’accès au logement et à l’investissement immobilier.

Les femmes sont prudentes avec l’emprunt immobilier

Ce sont les femmes en CDI qui constituent la plus grande majorité (90 %) des emprunteuses. Pour elles, un emploi stable et durable constitue la condition primordiale pour contracter un prêt. Plus de la moitié de femmes (51 %) qui souscrivent à un crédit immobilier sont en couple. Une manière d’obtenir le soutien du conjoint pour les changements, surtout financiers, causés par la dette.

Les femmes empruntent pour leurs enfants

Les emprunteuses ont au moins un enfant à charge. Néanmoins, le pourcentage des débitrices diminue au fur et à mesure que le nombre d’enfants à charge augmente, 55 % pour celles qui ont un enfant, 42 % pour 2 enfants et 13 % pour les 3 enfants en plus. Cela est dû notamment à cause de la capacité d’endettement qui diminue : plus les enfants sont nombreux, plus grand est la part de revenu minimum vital. De plus, des grossesses répétitives entraînent plusieurs des arrêts de travail et par conséquent, une baisse de revenu. Il y a aussi le cas épineux de la souscription d’un crédit immobilier lors d’une grossesse. Les banques sont moins réceptives durant cette période.

Les emprunteuses disposent d’un revenu moins élevé

Le revenu des femmes qui contractent un prêt immobilier est en moyenne entre 1 700 et 2 500 € par mois. 29 % disposent d’un revenu inférieur à 1 700 € et seulement 7 % possède un revenu supérieur à 4 000 €. Ces dernières ont bien entendu la meilleure capacité d’emprunt. Le montant demandé oscille entre 180 000 € et 260 000 €. Ce sont les femmes âgées de 30 à 40 ans qui empruntent la plus grosse somme.