L’électricienne dans le monde du bâtiment

La société a été conditionnée de sorte que certains types de métiers sont réservés aux hommes. Cette pensée populaire interdit donc l’accès à ces métiers aux femmes. Elles sont jugées trop frêles, trop fragiles pour l’exercer.  Alors qu’on est en plein 21e siècle, les choses semblent avoir quelque peu évolué bien que de plus en plus de femmes se lancent dans des corps de métiers jusque-là réputés masculins. L’électricité en fait partie.

Bien qu’il soit rare de trouver une femme électricienne, il en existe quand même. En France, de nombreuses femmes se sont lancées dans cette aventure, non pas par défiance ou féministe, mais par passion. Être une femme électricienne induit-il les mêmes obligations que le métier d’électricien ?

Le parcours d’électricienne, de la passion au cœur du métier

Ce que disent toutes les femmes ayant embrassé ce corps de métier, la passion est avant tout la première motivation. Il faut aimer ce que l’on fait pour pouvoir tenir. En d’autres termes, il faut aimer bricoler et surtout il faut avoir envie de travailler dans le domaine du bâtiment.

La plupart des femmes qui se lancent dans une formation l‘électricienne ont l’heureuse surprise de se retrouver seules dans une salle de formation remplie d’hommes.  Autant dire qu’une femme électricienne renvoie la même image qu’un homme sage-femme : de la décadence.

Si la formation se passe généralement très bien pour de nombreuses femmes, d’autres par contre n’ont pas l’accueil dont elles rêvent. Mais dans les deux cas, les femmes appréhendent toujours la formation lorsqu’elles sont sur le point de s’engager.

Mais celles qui tiennent bon et font du métier d’électricienne leur vocation savent que le métier est l’un des plus dynamiques. Le métier est en perpétuelle évolution touchant, en plus du dépannage,  des secteurs parallèles comme la décoration, l’éclairage ou encore les énergies renouvelables. C’est un métier très technique qui demande du savoir-faire, de la minutie et de la réflexion.

Mais une fois le diplôme en poche, il faut encore se faire accepter en tant que professionnel et faire valoir ces compétences.

Les électriciennes, une minorité en France

Être une professionnelle électricienne en France est un vrai challenge. En effet, les femmes électriciennes ne représentent que 1,1% sur tout le territoire de France alors que seulement 11.7% de femmes travaillent dans le bâtiment.  Une grande majorité intervient à Paris Il alors que le nombre d’électriciens en Île-de-France est bien au-dessus de la moyenne nationale. Autrement, être électricienne en France est un vrai challenge.

Cette infirme minorité ne peut pas être associée à un déséquilibre des chances entre homme et femme. Il faut plutôt comprendre que peu de femmes osent embrasser le métier de peu d’être jugé. Même si les mœurs évoluent, certaines barrières sont dures à briser.

Les femmes électriciennes sont aussi compétentes que les hommes c’est le même matériel, les même tenus de travail comme ces chaussure de sécurité pour femme. Elles ont donc généralement le même parcours. L’auto entrepreneuriat reste la première option. Toutefois, pour se donner de la visibilité, il vaut mieux faire partie d’une société de services.  Car très peu de personnes connaissent le métier d’électricienne et appréhendent donc beaucoup de faire recours à une femme pour s’occuper de problèmes de dépannage, de rénovation, d’installation d’alarme, de système vidéo, etc.