Organisation de mariage : système D

mariageLe grand jour approche.

Dans quelques mois, dans quelques semaines, vous vous direz « oui » devant le maire, vous serez mari et femme. Certainement un grand jour pour votre couple.

Mais on vous voit d’ici, vous commencez à stresser, à vous inquiéter, car une fois la machine lancée viennent les complications : l’organisation du mariage.

Pas une mince affaire.

Choisir les invités, le lieu de la fête, les alliances, la robe, le costume, le traiteur, les faire-part… un vrai casse-tête, qui se révèle parfois euphorisant, souvent laborieux, et toujours couteux ! Eh oui, qui dit organisation de mariage dit grosses dépenses, et il s’agit de ne pas se laisser dépasser par les événements. De nombreux aspects sont à prendre en compte, à commencer par la date de la célébration.

En France, il est d’usage de se marier plutôt en été : c’est un jour que l’on imagine baigné de soleil sexy et de températures clémentes. Cependant, financièrement parlant, la meilleure période pour l’organisation d’un mariage se situe plutôt entre novembre et avril. Il s’agit d’une période « creuse » durant laquelle les différentes prestations (location de salle, traiteur, musique…) s’avèrent nettement moins chères.

De même, un mariage en semaine sera moins coûteux qu’un mariage le week-end. Mais pas facile de mobiliser les invités un mardi !

Et puisqu’on parle de mobilisation, dans l’organisation d’un mariage, toutes les bonnes volontés sont bienvenues pour contrôler les coûts : ainsi, pourquoi ne pas faire appel à des amis équipés d’un bon matériel photographique, plutôt qu’à un professionnel, pour immortaliser l’événement ? Vous avez bien une copine spécialisée dans les réunions coquines et qui teste les derniers sex-toys, et un copain qui adore mixer en soirée, pourquoi ne pas les solliciter pour l’animation et l’ambiance musicale de la soirée ? Et celui-ci qui connaît toujours de bons filons pour avoir du bon champagne pas cher, il est peut-être temps de lui demander conseil…

De même, pour la réception, le recours à une salle municipale de province ou la réquisition du jardin de la maison familiale permettra souvent de ne pas passer par la location d’un château ou d’une salle de réception dans un hôtel luxueux.